J'AI LU

Nicolas Bouvier, Il faudra repartir, Voyages inédits, collection Voyage, Payot, 2012, 224 p.

 Des textes inédits de Nicolas Bouvier (1929-1998) rédigés en des pays sur lesquels il n’a rien publié de son vivant : telles sont les pépites de ces archives sur près d’un demi-siècle.

En 1948, le jeune homme de dix-huit ans écrit son premier récit de voyage entre Genève et Copenhague, rempli d’illusions qu’il veut « rendre réelles » ; en 1992, l’écrivain reconnu sillonne les routes néo-zélandaises, à la fois fourbu et émerveillé. On découvrira aussi avec lui la France et l’Afrique du Nord en 1957-1958, l’Indonésie en 1970, la Chine en 1986 et le Canada en 1991. Autant de voyages initiatiques aux divers âges de la vie.

La brièveté des notations, les feuilles de route, l’absence de relecture et de projet littéraire rendent particulièrement attachantes ces pages dans lesquelles transparaît tout le talent de Bouvier, portraitiste et observateur hors pair, mais également reporter, historien, ethnographe, conférencier, photographe, poète.

Nicolas Bouvier (1929-1998), l’un des plus grands écrivains voyageurs de langue française, est notamment l’auteur de L’Usage du monde.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *