POESIE

Il y’a un demi-siècle

Cet amour brula…

Salut à toi Mère Douloureuse

Toi qui sais les douleurs de la 

Parturition…

Souviens-toi Ô Mère de ceux-là

Qui t’ont aimée …

Eux qui pour toi ont pris les armes

Aux aurores des indépendances de l’Afrique Mère Ainée…

Souviens-toi Ô Mère de ceux-là

Qui t’ont aimée …

Malgré les décapitations

Malgré les exécutions

Sous  le crépitement des balles

Sous les rugissements du napalm

Dans les forêts de La Sanaga-Maritime

Dans les forêts du Haut-Nkam

Souviens-toi de ceux-là 

Qui t’ont aimée 

Mais dont le sang ne rougit pas

Nos livres d’écoliers

Nos pupitres

Souviens-toi de ces fantômes errant et 

Attendant toujours ton baiser

Sur les quais oubliés du temps

Sur les bastingages oubliés de l’histoire et dans

Les marais du silence de nos mémoires

Ô mes frères…

Prière pour ces damnés de l’amour

 

Philippo KENFACK, Réveiller les Soleils, inédit.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *